FIFTY FIFTY Collection

Fifty Fifty crée sa griffe d’objets, d’accessoires et de vêtements. Un nouveau terrain d’exploration graphique en collaboration avec des artisans Sénégalais.
BRODERIE CARTE ETIQUETTE POCHETTE SAC_1 THIERNO

Rapport annuel OSIWA 2012

Fifty Fifty a conçu le rapport annuel de la fondation OSIWA 2012.

OSIWA est une fondation basée à Dakar, Sénégal dont la vocation principale est d’accorder des financements et de développer des plaidoyers dans la perspective de la mise en place de démocraties vivantes, tolérantes et stables en Afrique de l’Ouest.
Elle encourage et accompagne l’avènement d’une société ouverte en Afrique occidentale se caractérisant par une démocratie effective, une bonne gouvernance, la justice, le respect des libertés fondamentales et une grande implication des citoyens. Elle a des bureaux à Abuja, à Monrovia, à Freetown et à Conakry.
OSIWA_situ1 OSIWA_situ2 OSIWA_situ3 OSIWA_situ4 OSIWA_situ5 OSIWA_situ6 OSIWA_situ7 OSIWA_situ8 OSIWA_situ9 OSIWA_situ10 OSIWA_situ11

SUBA! Festival Interférence

Fifty Fifty a conçu l’identité visuelle du festival Interférence, comme en 2012 pour la précédente édition. Organisé par Les Petites Pierres, ce festival de performances cherche à nouer un dialogue avec la ville, capter ses tendances, ses émotions et sa pulsation la plus actuelle. L’affiche est recto/verso, avec un programme détaillé au dos.

Impression
PROG_VERSO
SUBA* ?
Cette deuxième édition, placée sous le signe du Tandem Dakar-Paris, accueillera des contributions du street art parisiens, avec Grems et L’Atlas notamment, ainsi que l’espagnole Cristina de Middel, photographe de The Afronauts, qui contribueront au dialogue avec Dakar et ses artistes, favorisé par une série d’ateliers et de collaborations artistiques.

Fifty Fifty sera aussi présent parmi les artistes invités et la participation de la moitié créative Fifty avec la création d’un graffiti sous la forme d’une installation 3D, modulable, autour du mot SUBA: un appel à user de créativité pour se projeter dans l’avenir, l’idée d’un futur qui se construit, se compose, et se recompose, clin d’œil à l’univers du jeu video. Comme dans la vie c’est bien le joueur qui tient les manettes, même si ce n’est pas lui qui fixe les règles du jeu.

Bienvenue sous l’arbre à palabre, avec le ciel de Dakar pour toile de fond, ouvrez grand les yeux et les oreilles, percevez la rumeur de la ville… la séance est ouverte.

Du 4 au 11 Mai 2013
Retrouvez le programme sur
http://festivalinterference.wordpress.com/

*DEMAIN, en ouolof

Flyer Funk Fever

funkfeverflyer#3

Les soirées Funk Fever explorent la music soul & funk des années 60’s à nos jours…

DJ PREZ (Fifty Fifty) invite pour la 3e Funk Fever DJ LOOK (Les Petites Pierres), le groove connoisseur #1 Dakarois. Il viendra partager son immense collection de vinyls au Charly, à partir de 21h.  Les deux compères qui officient au sein des fameux Jeudi DJ’s des Petites Pierres mettront la fièvre au dance-floor…

From the Roots to The Fruits!

Le Gabon invité d’honneur du Fespaco 2013

Le Gabon est invité d’honneur du Fespaco 2013, le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou, un des plus grands festivals africains de cinéma. Fifty Fifty a conçu à cette occasion l’affiche et un livret de 40 pages, entre autres formats, présentant le cinéma Gabonais à travers ses principaux acteurs et réalisateurs ainsi que les films en compétition.

igis-fespaco-coverLIVRET_FESPACO_1LIVRET_FESPACO_2LIVRET_FESPACO_3

L’Œil de la Cité

AFF_OEIL_CITE

Fifty Fifty a conçu l’affiche de la série télé L’Œil de la Cité, pour l’Institut Gabonais de l’Image et du Son.

L’Œil de la Cité est une série traitant de divers sujets de société gabonais graves : crimes rituels, traitement des veuves, insalubrité, braconnage, réseau d’immigration, drogue, inceste. Un mystérieux archiviste nous relate avec délectation et cynisme des faits divers poignants, sortis tout droit de ses étagères poussiéreuses, non sans y apporter sa morale. Chaque épisode nous emmène dans un univers différent (suspens, frisson, fantastique…) et nous permet d’avoir un regard différent sur les maux de la société gabonaise. Les murs n’ont pas que des oreilles, ils ont également un œil.

Réalisation de Samantha Biffot, production Institut Gabonais de l’Image et du Son / Film en compétition au FESPACO 2013